L'Eglise de Consac, composée de deux rectangles, est dédiée à saint Pierre, prince des apôtres.

Nous l'avons trouvée dans un état de vétusté et de dégradation tel que noue regardons comme bien difficile sa conservation, même durant quelques années. À gauche est un autel en bois doré; à droite est celui de la bienheureuse Vierge Marie. Les deux absides sont voûtées en pierre, avec nervures dans le style ogival du XVe siècle les deux travées consacrées à la chapelle de N.-D., reposent sur six consoles ou scabellons cylindriques, allongés jusqu'à 2 mètres de terre, et se terminent en culs de lampes, aux sculptures variées et différentes pour chaque pièce. Dans le mur nord est une petite porte très-basse, par laquelle les anciens seigneurs pénétraient dans cette partie de l'édifice qui leur était réservée, et qu'ils passaient pour avoir rebâtie. Ce même mur présente à l'extérieur les restes d'une litre funèbre, avec écusson peint à l'huile, mais que le temps a rendu indéchiffrable, L'abside de la nef principale est voûtée dans le même style que la précédente, avec fenêtre ornée de rinceaux prismatiques portés par deux meneaux, actuellement enchassés dans une maçonnerie malencontreuse. Le choeur de cette même nef est surmonté d'un clocher carré, assez élevé, couvert d'un toit obtus, et élégamment décoré d'une trentaine da colonnes du XIIIè siècle, aux chapiteaux ornés, dont quatre principales, aux quatre angles, marquent les quatre points cardinaux. La voûte du clocher présente à son intrados, une coupole octogone, qui ne manque point d'une certaine élégance, et qui repose sur des groupes de colonnes et de pilastres alternant, dont les chapiteaux sont chargés d'entrelacs, de dents de scie, de volutes, de fleurons épanouis, de feuilles, etc., quant au reste des deux nefs, repris postérieurement, il est couvert d'un plafond en charpente. Les deux portes principales, refaites il y a moins d'un siècle sont dépourvues de caractère architectural, bien que l'ouvrier ait construit une sorte de damier au-dessus de la grande porte. La porte latérale est surmontée d'une imposte avec tour d'équerre; par dessous se voient les bustes, grossièrement sculptés du Sgr du lieu et de Sa dame, restaurateurs de la chapelle, dit-on, et entre eux deux, un écusson, fruste, environné dune couronne de lauriers.
La cloche, qui pèse environ 300 kilogrammes, a succédé à une plus forte, de 400 kilogrammes environ, qui axait été fondue à Consac, en 1770, et que l'on avait dit-on, brisée dans la Révolution en sonnant le tocsin. La cloche actuelle porte l'inscription suivante :

EN 1870

PARAIN ET MARAINE DE LA CLOCHE DE SAINT PIERRE DE CONSAC

Mr PIERRE DRILLEAU ET Mde JEANNE TEMPLIER

Mr CHARLE BARRAUD MAIRE DUPONT ADJOINT

BEAlLLARGE Stin PROSPER MUTEL F



Le curé seul avait été oublié dans cette nomenclature, mais la paroisse n'en avait probablement point alors.L'église de Consac étale plusieurs tableaux ; un Crucifiement, une Annonciation, un Sacré-cœur de Jésus et de Marie, une Résurrection de Lazare par N.-S.

On remarque à côté de la porte un bénitier en pierre qui a été creusé dans une clef de voûte ornée, du XVe siècle, et renversée la tête en bas. Un testament fait en 1699, par Angélique de Guinanson, démontre qu'il existait alors, dans cette paroisse, une maison de religieux carmes reIevant de celle de Jonzac. (*V. Agudelle, au canton de Jonzac)


Anciennement le prieuré de Consac, sous le patronage de saint Jacques, relevait de l'abbaye de Cluny (*Pouillé de 1648), on y célèbre, chaque année, une frérie le jour de la Saint-Michel (29 septembre).
L'ancien château de Consac, placé a deux cents pas au S-E. de l'église, a été remplacé par une maison de campagne moderne, appartenant aujourd'hui a M. Bonniot, de Cognac. (V. Courpignac.) Autrefois, ce château avait appartenu à la maison Arnoul de Nieul-le-Virouil, puis il passa lafamille de Blénac, qui possédait aussi le fief de Fontaine en la même paroisse; cette dernière terre a été acquise, en 1857 par M. le comte de Saint-Legier ; nous en parlerons plus loin.
En 1752, Renaud de Courbon de Blénac, était Sgr de Consac, Fontaine, Champdolent, Courcoury, etc., chevalier de l'ordre militaire de Saint-Louis, et capitaine de cavalerie. Il avait épousé Marie-Thérèse Poute de Nieuil, héritière de messire Claude Arnoul de La Salle, son ayeul. - Armes : d'azur à trois boucles dor, l'ardillon en pal.
La maison de Courbon avait été représentée à la septième croisade, où se trouvait Saint-Louis, par Guillaume de Courbon, dont on voit les armes au musée de Versailles. (*Nobl.de Fr. aux croisades, p. 259).


UNE PAGE D'HISTOIRE

(Extrait de la gazette de novembre 2001)

Le 28 Août dernier, l'orage est tombé sur le clocher de l'église, causant des dégâts regrettables : couverture du clocher. détérioration partielle de la toiture de l'église de chaque côté du clocher. Cette toiture récemment refaite, a été abîmée par l'explosion de la petite croix en pierre qui dominait le clocher et qu'il faudra également remplacer, puisqu'elle a été détruite au point que ses morceaux, après avoir rebondi sur le toit du bâtiment, ont atterri sur la pelouse.
Une partie de l'installation électrique est également à refaire.

Il semble qu'au cours de l'histoire, ce phénomène se soit déjà produit plusieurs fois, notamment le 23 Mars 1939, où le clocher avait été sévèrement atteint.

Voici la liste des travaux qui ont dû être exécutés Cette liste n'est pas rigoureusement complète. En tout cas elle ne mentionne pas que le Petit Jésus avait été décapité dans les bras de Sa Maman (Statue de l'Autel de la Vierge). Il n'a retrouvé une tête qu'en 1996, lors des travaux de restauration, et il la doit aux talents conjugués de Mr Michel PICQ (chargé alors des travaux de maçonnerie) et d'une personne du Conseil Municipal assez adroite pour l'avoir modelée à l'échelle qui convenait.

Devis des travaux effectués en 1939, établi par Mr OLLIVIER, architecte à JONZAC.


1- Toiture et charpente ( Total :1145 F )
- Doublage de l'entrée de la ferme, arbalétriers, chevrons, sablières.
- Lattes de couverture en peuplier, boulons d'assemblage, étaiement de la ferme, coupe, taille, montage.
- Couverture en tuiles courbes tuiles neuves. arêtiers.
- Réfection de la couverture du clocher, pose des arêtiers sur mortier.
- Repose de la croix.(ll semble que celle-ci soit à nouveau tombée dans les armées 60 puisqu'elle avait été remplacée par Michel Picq)


2 - Maçonnerie du clocher( Total 2 446 F ) (exécutée par BERTINEAU Léopold, maçon au Petit Niort de Mirambeau)
- Mur sud dépose et descente des pierres de la partie supérieure du mur sur une largeur de 3m et une hauteur de 2m.
- Repose des éléments de construction de repérage au mortier de chaux hydraulique. etc...
- Fourniture et taille de pierre de Pons pour remplacement des pierres fendues et écornées.
- Installation d'un échafaudage. etc..,

3- Arc de la nef : ( Total 1 978.60 F )
- Cintre en bois pour dépose des clavaux de l'arc inférieur et soutènement de Parc supérieur.
- Mise en place et poteaux de support d'échafaudage double.
- Dépose de l'arc disloqué et dégradé, et descente des clavaux.
- Fourniture, taille et mise en place de l'arc à remplacer en pierre de Pons, etc...
- Rejointoiement de l'intrados de la coupole.
- Dépose d'une partie du plancher du clocher pour dégarnissage de l'intrados et coulage des joints.
- Badigeon des parois rassordées.
- Raccord du plafond en plâtre de la nef
- Raccord des peintures de Parc et des colonnes engagées en décor
- Repose et remplacement des carreaux du dallage de la nef
- Plinthes aux bancs de la nef, en chêne.

Dépense totale à prévoir 5 569.60 F
Honoraires de l'architecte 556,96F
Somme à valoir pour imprévus 500,00 F
Total 6 676,56 F

L'assurance Mutuelle de Poitiers accorde 5 599 F. la commune demande une subvention de 1000F au département qui donnera seulement 800F.


Il semble bien que ces travaux aient été terminés avant la déclaration de la guerre. le 3 Septembre 1939.


Annie Alleron - Diet

Commune de Consac, restauration de l'église :

Notre petite église ayant été remarquablement restaurée, le conseil d'architecture départemental fortement impressionné par le résultat, a décerné à la commune de Consac, le Prix URBACHARME au palmarès 97.

Le jury rend hommage au travail et à la sobriété de cette restauration qui conserve le caractère authentique d'un édifice exceptionnel. Les efforts d'investissement d'une si petite commune pour faire face à un tel enjeu sont remarquables.

1995-1996 Montant de l'opération : 507726 f. ; Aides : 327590 f.

La commune de Consac (210 habitants) a entrepris en 1993 la restauration de son église romane non protégée au titre des Monuments Historiques. Le projet s'était appuyé sur la mise en valeur de la borne milliaire découverte à proximité de l'église, la restauration de peintures XIX écaillées, du double choeur de l'église, et la mise hors d'eau des pieds de murs. La restauration engagée en 1995 encadrée par l'architecte fait appel a des entreprises locales qualifiées ainsi qu'au talent d'un restaurateur de peintures murales. Le bénévola est mis à contribution pour le nettoyage général des meubles et des locaux. Tout reste en place, l'église est comme "habitée..."



LA NEF

CLEF DE VOÛTE

LES VITRAUX du CHOEUR

Liens : - Dans les territoires en Saintonge et Poitou se perdre dans le décor...
- A Consac, l'église Saint-Pierre

index Le village L'école L'église Borne miliaire Liensinfo-annoncesContact